Jeûne et rythmes circadiens

Le jeûne est reconnu comme un régulateur naturel de l’organisme, très favorable pour soigner des maladies métaboliques, immunitaires ou cancéreuses. Plusieurs écoles se chicanent sur la durée, les horaires, les nutriments autorisés. Cette étude de Science Direct nous montre qu’en respectant les rythmes circadiens jour/nuit, on peut s’alimenter et néanmoins imposer à l’organisme une frugalité extrêmement bénéfique.

Cette étude a eu lieu sur des souris. Partant du principe bien établi que des souris à qui on impose une rupture des cycles circadiens par de simples modifications de l’éclairage ambiant, ont une tendance marquée à subir des maladies métaboliques ou des maladies tumorales, les chercheurs ont convenu au contraire de respecter scrupuleusement les rythmes circadiens, mais de ne donner des repas qu’avant l’aube, et après le coucher du soleil, la journée étant passer sans manger, ce qui représente un jeûne quotidien de 14 heures.

Ce régime a été poursuivi  pendant un mois, au cours duquel des prélèvements sanguins ont été effectués pour des études de chromatographie, afin d’en suivre l’évolution de certaines molécules très représentatives de l’état de santé.

Les résultats, longuement exprimés dans cet article, montrent que ce jeûne intermittent, réalisé dans ces conditions (disons le pas trop contraignantes), entraine des bénéfices pour l’ensemble des maladies métaboliques, les déficiences cognitives dues à l’âge, les maladies cardio-vasculaires, et les cancers.

Bon, il s’agit de souris, et il fallait tenir le coup un mois.

Mais cette étude très sérieuse nous montre que le jeûne est bien mieux qu’un médicament, c’est le recadrage complet d’un organisme qui se perdait.

Une manière pratique de pratiquer ce type de jeûne intermittent, est de profiter de l’effet « coupe faim » de raisins secs « dopés » aux extraits de plantes. Nous y reviendrons.

Jean-Yves Gauchet

ADDENDUM: cet autre article nous met sur une piste tout à fait nouvelle: le foie (et son fonctionnement en fonction du rythme des repas) serait un facteur décisif pour entretenir nos rythmes circadiens, en appoint des noyaux suprachiasmatiques. Et le fait de se nourrir à l’aube et au crépuscule viendrait pousser le foie à entretenir ces rythmes.

2 réflexions au sujet de « Jeûne et rythmes circadiens »

  1. C’est très exactement le jeune musulman. Manger avant le levé du soleil et s’en s’abstenir jusqu’au couché. Outre ramadan qui est un mois lunaire il est recommandé de jeûner le lundi et le jeudi ou et jours de pleine lune à voir le 13 le 14 et le 15 de chaque mois lunaire en plus de quelques autres jours de l’année, à savoir 6 après ramadan, 9 à un autre mois… Etc. Mais toujours du levé au couché du soleil, jeune sec bien sûr.

  2. Très intéressant cette article je fais ce jeûne intermittent 30jours dans l année plus des jours au cours de l’année mais ça ne donne pas grand chose sur le plan santé et la je fais le jeûne 18/6 c’est à dire je jeûne 18 et plus et j’ai une fenêtre de 6h pour manger ça fait maintenant 6semaines pour perdre du poid car j’ai beaucoup de problèmes de santé mais je n arrive pas à perdre pourtant je fais très attention à ce que je mange je fais 2repas par jour merci pour votre attention est ce que vous pouvez m aider car je désespère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *