L’option cétogène, ou la revanche de la mayonnaise…

Peut-on vivre sans sucres, le « carburant » normal de nos organismes ? Dans des conditions de disette extrême (ou de jeûne volontaire), on s’aperçoit que des pans entiers de notre physiologie s’organisent autrement, avec des conséquences étonnantes qu’il peut être est intéressant d’exploiter.

Continuer la lecture de L’option cétogène, ou la revanche de la mayonnaise…

Les chardonnerets en déclin, victimes du trafic d’oiseaux.

Avec une population en baisse de 40% en 10 ans, le chardonneret est victime de l’appauvrissement de ses ressources naturelles (moins de praires, moins de graines sauvages), mais aussi d’un trafic important sur les deux rives de la Méditerranée.

Continuer la lecture de Les chardonnerets en déclin, victimes du trafic d’oiseaux.

Les fagots végétaux pour protéger les littoraux fragiles

Pour la protection des littoraux, on met en oeuvre des matelas en géotextiles solides, mais pas vraiment décarbonés … Pourtant, les vieilles méthodes à bases de fascines en branches de saules pourraient avantageusement jouer ce rôle …

Mise en place des fagots de branches de saules.
Continuer la lecture de Les fagots végétaux pour protéger les littoraux fragiles

Aidez à localiser les geckos en France.

Les reptiles qui affectionnent la chaleur, sont très mal armés pour affronter des changements brutaux de température. Alors que les lézards et les serpents paient déjà un lourd tribut au réchauffement climatique, une espèce commune de gecko, la Tarente de Maurétanie, semble être en pleine expansion. Comment comprendre ce phénomène ? Pour cela, il faut localiser et compter le geckos. Vous en êtes?

Continuer la lecture de Aidez à localiser les geckos en France.

Les très chics lacs de tourbes de Loosdrecht.

Dans cette ancienne tourbière hollandaise, les petites cabanes d’horticulteurs sont devenues des maisons secondaires très prisées. Tout comme les “iles aux oiseaux” d’Arcachon, ou les hortillonnages d’Amiens…

Ces “iles” tout en longueur supportent des maisonnettes très recherchées.

Continuer la lecture de Les très chics lacs de tourbes de Loosdrecht.

Comme l’Arche de Noé, ces immenses belanayas russes ne servaient qu’une fois.

Pour transporter le bois des forêts sibériennes vers les ports russes, les fleuves comme la Volga ont supporté ces étranges barges “tout en bois”, au fil de l’eau, qui étaient en fin de parcours entièrement démontées, pour en récupérer tout le bois.

Cette barge en fin de parcours sera entièrement déconstruite, tout son bois réutilisé.
Continuer la lecture de Comme l’Arche de Noé, ces immenses belanayas russes ne servaient qu’une fois.

Les pieuvres sont les reines du camouflage.

Les pieuvres sont des prédateurs diurnes qui cessent leur activité le soir. Leurs téguments sont sans cesse en modification de couleur et de texture. Ce comportement  peut relever du signalement (communication entre individus, c’est particulièrement le cas lors des périodes de frai pour les mêmes comme pour les femelles).

Mais dans la plupart des cas, il s’agit d’un réflexe de camouflage pour leurrer soit un prédateur, soit une proie. De par leur tégument surchargé en cellules spécialisées, les pieuvres peuvent se transformer à la volée en bloc de corail, en éponge ou en banc de sable. Avec la couleur adéquate et la texture correspondante.

Ces modifications tégumentaires reposent sur trois éléments principaux.

1 – concernant la couleur, un système de pigments et de réflecteurs (quasi miroirs) permet de reconstituer la couleur et l’intensité lumineuse due l’environnement immédiat. Les pigments, allant du jaune au rouge, sont situés dans des milliers de saccules situés dans les strates supérieures de la peau, appelées lipophores., . Au repos, ils constituent des taches minuscules, mais des petits muscles  peuvent écarter ces poches pigmentées et les couleurs se révèlent de manière à créer des motifs au plus proche des objets qui l’entourent.

2 – Les cellules réfléchissantes sont de deux types.

A -Celles qui renvoient la lumière qu’elles reçoivent : la peau du mollusque est alors blanche pour une lumière blanche, bleue pour une lumière bleue … l’animal devient quasiment invisible. Encore mieux, certains calmars « allument » sous eux des bactéries luminescentes qui  éclairent uniquement vers le bas, ce qui annule les effets d’ombre, l’effacement est parfait !

B – Les secondes sont comme des bulles de savon qui par un phénomène d’irrisation, reflètent des couleurs différentes selon l’angle de vue.

Cette combinaison de couleurs et de renvoi-miroir permet aux pieuvres de présenter des couleurs et des motifs sans limite, et  en temps réel des modifications du paysage sous marin.

3 – Les modifications de texture reposent sur la présence active de muscles cutanée qui peuvent contracter des portions de tégument pour  les épaissir ou leur infliger des élevures qui pourront mimer des végétaux,  des minéraux (galets, récifs), voire même des céphalopodes collègues et néanmoins concurrents quant on est en chasse ou en période du frai.

N’oublions par un élément supplémentaire de succès pour un camouflage réussi : la posture. De par sa position (allongée au maximum pour « coller » à un banc de sable, ou au contraire contracté et hérissé de cloques pour se mêler à des algues, la pieuvre sait donner à son corps la taille maximum pour impressionner, ou bien jouer l’effacement, quitte à détaler à la seconde où elle estime que sa ruse est éventée.

Jean-Yves Gauchet

Une ferme d’élevage de poulpes très controversée.

Une société espagnole met en route une ferme d’élevage de poulpes. Les poulpes ne sont pas des poissons, ce sont des animaux sensibles, dont l’intelligence intrigue les scientifiques. Peut on “produire du poulpe”comme on produit des poulets ?

La consommation des poulpes, essentiellement méditerranéenne, devient mondiale et en augmentation permanente.
Continuer la lecture de Une ferme d’élevage de poulpes très controversée.

Un nouvel écosystème vivant dans les déchets plastiques flottants.

Les débris plastiques flottants provenant de la pollution soutiennent désormais une nouvelle communauté à la surface de la mer composée d’espèces côtières et océaniques en mer qui pourraient laisser présager des changements écologiques importants dans l’environnement marin.

Continuer la lecture de Un nouvel écosystème vivant dans les déchets plastiques flottants.