Gaz de schiste: les américains vont se remettre à creuser.

Avec la chute du prix du baril sous les 40$, les producteurs indépendants des USA ont été laminés, et rachetés un par un par des majors, du secteur, ou par des financiers patients et bien informés … Et trois ans plus tard, à 80 € le baril, la production devient extrêmement rentable et on va assister à un nouveau rush de forages…

Paysages désolés, sacrifiés au Dieu Pétrole.
Continuer la lecture de Gaz de schiste: les américains vont se remettre à creuser.

Trésor méconnu de la ruche: le pain d’abeilles.

Si le miel et la gelée royale sont les deux produits de la ruche les plus ancrés dans nos esprits, nos vaillantes abeilles ont plus d’un tour dans leur jabot et leurs alvéoles … Elles savent  en particulier préparer un aliment à la fois roboratif, énergétique, digeste, à base de miel et de pollen fermenté : c’est le pain d’abeilles.

Continuer la lecture de Trésor méconnu de la ruche: le pain d’abeilles.

Moustiques: le palu, mais aussi bien d’autres maladies.

On a “démoustiqué” la France en plusieurs étapes, d’abord dans les Landes au XIXème siècle, puis sur la côte méditerranéenne (Camargue, étangs du Languedoc) dans les années 60. Puis on les a oubliés, ces moustiques, jusqu’à maintenant où d’une part de nouvelles conditions climatiques leur font la part belle, d’autre part ils servent de vecteurs à des maladies nouvelles et très difficiles à soigner.

Continuer la lecture de Moustiques: le palu, mais aussi bien d’autres maladies.

Des gastéropodes tout nus: les nudibranches.

Les nudibranches forment un groupe de « limaces de mer », c’est-à-dire de gastéropodes marins dépourvus de coquille.Sur le dos, l’animal peut porter soit un panache branchial, soit des excroissances tégumentaires, les papilles ou cérates (aéolidiens), qui servent de branchies et dans lesquelles se trouvent les prolongements de la glande digestive.

Continuer la lecture de Des gastéropodes tout nus: les nudibranches.

Intérêt nutritionnel des plantes sauvages #1: un peu de diététique.

Les plantes sauvages, qui poussent “comme elles peuvent”, présentent des profils moléculaires originaux, et peuvent agir comme de véritables remèdes, faciles à intégrer dans notre alimentation. En tête, l’ortie, le pissenlit, le pourpier, l’épilobe, en tout une vingtaine d’amies à mieux connaître … et à cueillir le long de nos chemins.

Continuer la lecture de Intérêt nutritionnel des plantes sauvages #1: un peu de diététique.

Comment s’hydratent les mammifères marins ?

Comment survivre dans une eau trois fois plus salée que son propre sang, sans pouvoir accéder à de l’eau douce ? Les mammifères marins (mais aussi oiseaux et reptiles) ont dû mettre en place au cours des millénaires, des adaptations anatomiques et physiologiques. Et ça marche parfaitement.

Continuer la lecture de Comment s’hydratent les mammifères marins ?

La nuit et votre santé (4): même les méduses ont besoin de sommeil.

Le sommeil est-il un phénomène purement neurologique ? Chez nous les humains, on considère que c’est le système nerveux, essentiellement l’encéphale, qui mène le jeu. Et pourtant, les espèces animales primitives, sans aucun cerveau, présentent un repos métabolique séquencé, une sorte de sommeil. Intéressant ?

hydres et méduses savent aussi faire reposer l’organisme.

Continuer la lecture de La nuit et votre santé (4): même les méduses ont besoin de sommeil.

L’homme s’est il auto-domestiqué ?

Quand on compare les caractères physiques et psychiques des Hommes, avec ceux des espèces qu’ils ont domestiquées, on trouve de réelles convergences, en particulier versus les quelques espèces “au naturel” que l’Homme a modifiées.

Cet article prend la suite d’un précédent dans ce blog, intitulé “Et le cerveau humain diminua…”

Continuer la lecture de L’homme s’est il auto-domestiqué ?