Plaies, escarres, cicatrices… Le miel, encore le miel, toujours le miel…

On note actuellement un regain de concepts et de méthodes nouvelles pour soigner des plaies, en accompagner la cicatrisation, ou accélérer la guérison. Des méthodes toujours plus technologiques, toujours plus onéreuses, et pas forcément plus efficaces que des remèdes éprouvés comme le soluté de Dakin et surtout le miel, extraordinaire agent qui permet des cicatrisations rapides, sûres, et avec un minimum de débordements cutanés. Big Pharma a bien sûr un œil dessus, et l’on s’attend déjà aux « miels thérapeutiques » brevetés, protégés et bien sûr hors de prix. En attendant, les apiculteurs sont les meilleurs fournisseurs pour les chirurgiens et les dermatologues.

Continuer la lecture de Plaies, escarres, cicatrices… Le miel, encore le miel, toujours le miel…

Trésor méconnu de la ruche: le pain d’abeilles.

Si le miel et la gelée royale sont les deux produits de la ruche les plus ancrés dans nos esprits, nos vaillantes abeilles ont plus d’un tour dans leur jabot et leurs alvéoles … Elles savent  en particulier préparer un aliment à la fois roboratif, énergétique, digeste, à base de miel et de pollen fermenté : c’est le pain d’abeilles.

Continuer la lecture de Trésor méconnu de la ruche: le pain d’abeilles.

Le prurit : quand vous prend la gratouille.

Dans son rôle magnifique du Dr Knock, Louis Jouvet a institué cette expression pseudo médicale : « ça vous chatouille, ou ça vous gratouille ? ».Ces deux sensations anodines devenaient des symptômes terrifiants qui mettaient le patient sous la coupe du médicastre véreux. Mais la gratouille, comme la chatouille, comment ça se soigne ?

Continuer la lecture de Le prurit : quand vous prend la gratouille.

L’inéluctable chambardement de nos repas .

Horaires éclatés, déferlement des écrans, célibat et monoparentisme, sur-urbanisation, nomadisme, atrophie des surfaces habitables, disponibilité de livraisons immédiates, nouveaux « matériaux » culinaires… autant de facteurs sociologiques ou technologiques qui influencent à toute vitesse notre mode de vie alimentaire… et au passage notre santé.

Continuer la lecture de L’inéluctable chambardement de nos repas .

Intérêt nutritionnel des plantes sauvages #1: un peu de diététique.

Les plantes sauvages, qui poussent “comme elles peuvent”, présentent des profils moléculaires originaux, et peuvent agir comme de véritables remèdes, faciles à intégrer dans notre alimentation. En tête, l’ortie, le pissenlit, le pourpier, l’épilobe, en tout une vingtaine d’amies à mieux connaître … et à cueillir le long de nos chemins.

Continuer la lecture de Intérêt nutritionnel des plantes sauvages #1: un peu de diététique.

Comment s’hydratent les mammifères marins ?

Comment survivre dans une eau trois fois plus salée que son propre sang, sans pouvoir accéder à de l’eau douce ? Les mammifères marins (mais aussi oiseaux et reptiles) ont dû mettre en place au cours des millénaires, des adaptations anatomiques et physiologiques. Et ça marche parfaitement.

Continuer la lecture de Comment s’hydratent les mammifères marins ?

La nuit et votre santé (2): les aléas de la vie nocturne

Depuis toujours considérée comme un domaine  spatio-temporel  plein d’écueils, réservé à des activités douteuses, voire maléfiques, la nuit est désormais un continent vierge à coloniser pour toutes sortes d’activités économiques, qui se développent sans tenir compte de réalités biologiques primordiales.

Continuer la lecture de La nuit et votre santé (2): les aléas de la vie nocturne

la nuit et votre santé (1): ce que dit la médecine chinoise.

Si la science médicale occidentale commence à prendre en compte l’importance de la chronobiologie sur notre développement, notre métabolisme, et sur l’efficacité des soins, il y a belle lurette que les thérapeutes chinois ont intégré le temps, en particulier les cycles jour/nuit, dans leurs méthodes de soins.

Continuer la lecture de la nuit et votre santé (1): ce que dit la médecine chinoise.

Le gui garde encore bien de ses secrets….

Seules marques de verdure dans les branches dépouillées de l’hiver, les rameaux de gui sont depuis des siècles apparus comme des formes naturelles de résistance à l’âge et aux maladies.  Le début du XXème siècle, à l‘époque d’une phytothérapie empirique mais efficace, a vu de nombreuses applications médicales reposer sur l’utilisation des différentes espèces de cette plante hors normes.

Continuer la lecture de Le gui garde encore bien de ses secrets….

Eloge du caca…

Comme dit le proverbe : « à chacun sa m … ». Effectivement, nous avons chacun notre produit d’excrétion personnel, une sorte de signature qui apporte bien des renseignements sur notre activité alimentaire, notre cadre de vie, notre rapport aux émotions, bref, sur notre santé. Et ceci dans un contexte de tabou: le caca, c’est sale, il ne faut pas en parler. Hé bien si, justement, parlons-en

Continuer la lecture de Eloge du caca…