les forêts et notre eau potable

Les pollutions qui touchent les grandes réserves de notre eau potable sont essentiellement d’origine agricole, et de gros efforts sont à mener pour diminuer ces effluents.

Mais au sein des bassins d’alimentation, des zones permettent naturellement des captages d’une eau pure et abondante: les forêts. Avec des variations selon la saison, les essences sylvestres, et le mode de gestion de ces forêts.

Les captages d’eau en zone forestière permettent d’obtenir des eaux potable ne nécessitant pas de traitement, donc avec un coût de fonctionnement 20 à 50 fois moins élevé que dans des zones agricoles, ou bien par le traitement d’eaux de rivières.

Continuer la lecture de les forêts et notre eau potable

Masques, gants, emballages, des montagnes de déchets dangereux.

Avec cette infection généralisée, on consomme des dizaines de tonnes … de consommables, juste ce qu’on voulait éluder ou réduire dans un élan pseudo responsable … à partir du moment où la Chine , l’Inde et l’Afrique se sont mis à refuser de récupérer tous nos déchets. Oui, on allait dans le bon sens, pris en otages par une culpabilité essentiellement due aux images de tortues asphyxiées par des sacs plastique.

Et maintenant ? Maintenant, ça déborde et c’est réellement souillé. Les employés du ramassage matinal de nos déchets font leur boulot. Heureusement, on consomme nettement moins de produits à forte accumulation d’emballage et de cartonnage, ce qui fait que les poubelles ne débordent pas (je parle pour Toulouse).

Mais ensuite, dans les centres de tri , c’est l’engorgement: on ne peut plus se permettre de trier toutes ces matières dangereuses. Donc on va tout brûler, à un rythme jusqu’ici maitrisé, mais pour combien de temps ?

Angelina Viva

Recycler les vieux remèdes

Il est des remèdes inoxydables: l’aspirine en est l’archétype. On lui trouve en permanence de nouvelles cibles thérapeutiques, moins maintenant pour soigner, que pour cadrer à moindre frais des déséquilibres physiologiques.

Et puis d’autres remèdes se retrouvent propulsés pour une seconde carrière. Ce sera sans doute le cas du baclofène, qui d’une molécule dédiée aux troubles musculaire, pourra soulager le “craving” des alcoolodépendants pour leur permettre un sevrage en douceur. Ce sera également, si les petits cochons ne le mangent pas, le cas de la kétamine qui a des résultats extraordinaires dans plusieurs types de dépressions ou de psychopathies, on retrouve là le profil de l’ibogaïne (voir encadré).

Sous licence Bayer (déjà!), cette aspirine dans son étui d’aluminium

Les labos sont bien sûr à l’affut de ces “ouvertures”, on se souvient du forcing exercé dans le domaine du SIDA pour écouler des stocks d’AZT qui était un anticancéreux mal toléré …

Continuer la lecture de Recycler les vieux remèdes

Le fabuleux projet Habbakuk : un iceberg porte-avions indestructible.

Les icebergs, ces monstres flottants, ont récemment été envisagés comme des réserves d’eau à remorquer depuis les eaux arctiques (ou antarctiques, selon les projets) vers des zones sèches, comme de Proche-Orient ou l’Australie.

Aucune de ces initiatives n’a abouti …

Pas plus que le projet Habbakuk, datant de la seconde guerre mondiale, pour lequel pourtant des sommités scientifiques ont planché et beaucoup d’argent dépensé.

Tenir l’Atlantique contre les U-boats  allemands.

Le concepteur du projet s’appelle Geoffrey Pyke. C’est un ingénieur militaire, à qui l’on confie des tâches compliquées au fur et à mesure des besoins de l’Armée, en cette période où il faut être partout à la fois.

Continuer la lecture de Le fabuleux projet Habbakuk : un iceberg porte-avions indestructible.

Des nanocristaux pour créer des UV à partir du rayonnement solaire

Des physiciens et des chimistes ont mis au point des nanomatériaux capables d’additionner efficacement l’énergie de photons de différentes « couleurs » pour en faire des photons ultra-violets de plus haute énergie capables d’accélérer des réactions chimiques en stimulant l’effet photocatalytique.

Pour certains types de réactions chimiques, la lumière agit comme une source d’énergie qui, combinée à un photocatalyseur, permet de démultiplier leur efficacité. C’est le cas pour la photosynthèse mais aussi pour les réactions en œuvre dans les revêtements dépolluants – ou autonettoyants, ou encore pour de nombreuses synthèses industrielles. Ces réactions impliquent des matériaux photocatalytiques qui vont absorber la lumière. Souvent, seuls les UV, soit environ 1 % des photons reçus par la Terre, sont vraiment utilisés pour la réaction. Les recherches ont longtemps porté sur le développement de nouveaux matériaux qui puissent être efficaces sur des gammes de longueurs d’onde plus larges, mais n’ont pas permis de résoudre tous les problèmes rencontrés en terme de synthèse et d’efficacité. Depuis quelques années, une autre stratégie est explorée, qui vise à utiliser des matériaux capables de convertir des photons de faible énergie en photons de plus haute énergie. Ces matériaux, dits à « upconversion », connaissent un regain d’intérêt depuis le début des années 2000 avec la possibilité de les synthétiser sous forme nanométrique.

En étudiant en détail les phénomènes d’absorption, de transfert d’énergie et d’émission au sein de certains de ces matériaux, des physiciens et des chimistes de l’Institut lumière matière (ILM, CNRS/Univ. Lyon 1), en collaboration avec l’Institut de recherches sur l’environnement et la catalyse de Lyon (IRCELYON, CNRS/Univ. Lyon 1), ont montré qu’ils pouvaient servir de manière très efficace à additionner l’énergie des photons gaspillés pour générer des photons de plus haute énergie, utiles aux photocatalyseurs les plus classiques. Ces résultats sont publiés dans la revue ACS Photonics.

L’idée principale est de combiner plusieurs sources de lumières (laser, diodes) du domaine spectral infrarouge et bleu afin de mettre en évidence l’émission UV issue des différentes étapes d’absorption, puis d’étudier la dépendance de cette émission UV à la densité de flux lumineux. Dans les systèmes à « upconversion » classiques utilisant une seule longueur d’onde d’excitation, l’intensité d’excitation doit être très importante pour observer une émission d’UV. En combinant plusieurs faisceaux de couleurs différentes, les chercheurs ont montré que le mécanisme devient linéaire vis-à-vis de chaque longueur d‘onde utile et que les intensités nécessaires sont ainsi divisées par 1000. Il en est de même dans le cas d’un éclairage solaire à spectre large. Pour appliquer ces résultats à la photocatalyse, il faut disposer de nanocristaux dont les rendement d’up-conversion sont proches de ceux observés dans les monocristaux. Les chercheurs ont ainsi développé une méthode de synthèse spécifique, utilisant des précurseurs originaux. Ceux-ci doivent notamment être totalement privés d’eau, de telle sorte à obtenir des nanocristaux sans groupements OH en surface, ces derniers ayant la particularité de diminuer l’émission lumineuse.

Pour la preuve de concept, l’équipe a mis en évidence cet effet à l’aide d’expériences simulant un flux solaire d’une journée ensoleillée : le matériau dans ces conditions réémet des UV en excès. Ce travail permet d’envisager le développement de nouveaux photocatalyseurs plus efficaces, même en intérieur, permettant de réduire les temps de production et la quantité de catalyseur utilisé.

Contact

Gilles Ledoux Directeur de recherche au CNRS, Institut lumière matière. gilles.ledoux@univ-lyon1.fr

Nouveaux animaux de loisirs, les chêvres reviennent vers les villes

Plus de loisirs, mais moins d’argent pour de lointaines équipées: un nouveau mode de vie s’installe, au plus près de la nature, dans un énorme territoire encore mal défini: les zones rurbaines, où s’entrecroisent les champs, les villages boursoufflés de nouveaux arrivants, et les hameaux désormais peuplés de retraités écolos issus de toute l’Europe.

Curieuse et délurée: la biquette…

Les rurbains peuvent s’adonner au jardinage, et aussi accueillir des animaux jusqu’ici purement ruraux, mais de petite taille:  ânes,  poneys, petits cochons du Vietnam et chêvres font désormais partie du paysage, au plus près des habitations.

Dans les foyers exigus des familles urbaines recomposées, les furets et les petits rongeurs prennent peu à peu la place des chiens, et bousculent même le territoire des minets. Les NAC (nouveaux animaux de compagnie), après avoir occupé les chambres d’enfants, ont désormais un statut de “compagnons du foyer”.

Continuer la lecture de Nouveaux animaux de loisirs, les chêvres reviennent vers les villes

Les sportifs l’appellent “la zone” …

“Etre dans la zone”, c’est une expression américaine difficilement traduisible, qui s’est répandue dans les milieux sportifs les plus divers (tennis, cyclisme, natation, athlétisme), pour évoquer des moments  au cours de l’effort où le sportif d’un seul coup trouve tout facile, évident, et peut se surpasser sans douleur avec une emprise déconcertante sur les évènements, sur les adversaires, sur les équipiers … Parfois même, ces sportifs évoquent une forme d’extase née précisément de cette perception d’invincibilité.

Pour atteindre “la zone”, il faut forcément forcer ….

D’ailleurs, “la zone” possède plusieurs homonymes selon les sportifs, certains parleront de “white moment”, d’autres de “groove” (“éclate”), ou encore de “exercice high” (ivresse de l’effort).

En France, “l’état de grâce” s’applique plus volontiers au premier mois d’un président nouvellement élu, mais c’est encore ce qui caractérise le coureur qui fait jouer toutes ses potentialités.

Continuer la lecture de Les sportifs l’appellent “la zone” …

De la méduse à l’homme, l’évolution des neuromédiateurs

Pour notre système nerveux, tout a commencé … dès le stade méduse…

Depuis les organismes les plus archaïques, les molécules chargées de la communication sont présentes dans l’être vivant avant même toute apparition des appareils: la molécule crée le récepteur, le récepteur crée la fonction, la fonction crée l’organe. Et si ça marche, l’Evolution avalise le tout et ça reste dans le génôme

Hormones et neurotransmetteurs devancent la formation des systèmes endocrines, immunitaires et nerveux. On trouve déja chez les protozoaires les molécules annonciatrices des endorphines, de l’insuline et de l’ACTH, et qui agissent déjà à distance sur d’autres cellules qui en possèdent les récepteurs.

Continuer la lecture de De la méduse à l’homme, l’évolution des neuromédiateurs

l’Antarctique selon Philippe Buache (en 1757!)

Il existe un mystère qui s’attache à ce continent blanc: en effet, dès le XVème siècle, et alors que nul navigateur n’avait alors revendiqué une expédition dans cette zone antarctique, plusieurs cartographes (Reis, Homen, et autres … détaillaient des littoraux terrestres ou enneigés, avec des précisions qui en ont troublé plus d’un …

En 1757, le cartographe officiel du roi , Philippe Buache, édite sous la houlette de Buffon une nouvelle carte de l’Antarctique. Sans y avoir mis les pieds, mais avec un cheminement intellectuel original …

Continuer la lecture de l’Antarctique selon Philippe Buache (en 1757!)